Des temps troubles à Laval

Au moment des événements, la mairie de Laval est occupée depuis déjà  plus de 15 ans par Gilles Vaillancourt. Les malversations et corruptions règnent à Laval. On construit du jour au lendemain sur des terrains protégés, on rase des boisés sans consulter les citoyens. Périodiquement, la police fait des arrestations dans les bars et même les écoles secondaires pour des histoires liées au crime organisé, mais ces événements sont très peu couverts par les médias et restent dans l’ordre des ouï-dire. Les Lavallois vivent dans ce climat où rien n’est clair, la communication entre la Ville et les citoyens est minimale. On sait que des grandes sommes d’argent sont détournées, on voit des “grosses cabanes” avec plusieurs voitures de luxe devant… On ne pose pas trop de questions.  Chacun se mêle de ses affaires, un point c’est tout.

C’est dans ce contexte que se produisent les faits étranges que nous décrivons. Bien qu’ils se produisent régulièrement, ils ne sont pas couverts par grands médias québécois, et font à peine l’objet de deux articles dans la presse locale. L’histoire ne semble pas beaucoup intéresser les journalistes, et il n’y aura jamais de véritable enquête, ni d’appel à témoins, dans cette histoire. Quant à la Ville, elle n’a jamais fait de communication officielle sur ce sujet. Il en tient donc aux simples citoyens d’essayer de faire la lumière sur cette histoire.

Au moment des événements, la mairie de Laval est occupée depuis déjà  plus de 15 ans par Gilles Vaillancourt. Les malversations et corruptions règnent à Laval. On construit du jour au lendemain sur des terrains protégés, on rase des boisés sans consulter les citoyens. Périodiquement, la police fait des arrestations dans les bars et même les écoles secondaires pour des histoires liées au crime organisé, mais ces événements sont très peu couverts par les médias et restent dans l’ordre des ouï-dire. Les Lavallois vivent dans ce climat où rien n’est clair, la communication entre la Ville et les citoyens est minimale. On sait que des grandes sommes d’argent sont détournées, on voit des “grosses cabanes” avec plusieurs voitures de luxe devant… On ne pose pas trop de questions.  Chacun se mêle de ses affaires, un point c’est tout.

C’est dans ce contexte que se produisent les faits étranges que nous décrivons. Bien qu’ils se produisent régulièrement, ils ne sont pas couverts par grands médias québécois, et font à peine l’objet de deux articles dans la presse locale. L’histoire ne semble pas beaucoup intéresser les journalistes, et il n’y aura jamais de véritable enquête, ni d’appel à témoins, dans cette histoire. Quant à la Ville, elle n’a jamais fait de communication officielle sur ce sujet. Il en tient donc aux simples citoyens d’essayer de faire la lumière sur cette histoire.